L'interview de janvier : Solène, joueuse emblématique du club !

Fév 6, 2020 Écrit par 

Solène, joueuse des DF2 est la première interviewée de 2020

Ludo : Salut Solène

Solène : Salut

 

Ludo : Depuis quand pratique tu le basket ?

Solène : Depuis que j’ai 8 ans, ça va faire 19 ans

 

Ludo : Tu as joué où pour commencer ?

Solène : A l’ALOD, depuis le début. Fidèle au club !

 

Ludo : Comment as-tu connu l’ALOD ? 

Solène : De souvenir, j’étais avec 2 copines à l’Ouche Dinier 2 en primaire et on a vu une annonce sur un panneau qui disait qu’il y avait un entrainement d’essai garçons et filles. On y est allé toutes les 3 et on a joué plusieurs années ensemble après !

 

Ludo : Eric veut toujours que l’on distribue des flyers pour ces sessions. La preuve que ça marche

Solène : ça a fonctionné pour moi !!!

  

Ludo : Est-ce que tu te souviens comment t’es venu l'envie de jouer ? Qu’est ce qui t’a plu lors de cet essai ?

Solène : Ma grande sœur faisait déjà du basket à l’ALOD. Je l’avais déjà vue jouer et ça m’avait plu. C’est le dynamisme, l’esprit d’équipe qui m’ont plu. J’avais fait de la danse mais ça m’intéressait moins à cause du côté individuel de la discipline

 

Ludo : Et ta sœur a jouée longtemps à l’ALOD ?

Solène : Elle a joué jusqu’à la fin du collège. Elle a le même âge que Blandine, elles ont joué ensemble et par la suite Blandine est devenue ma coéquipière.

 

Ludo : Qu’est-ce que tu apprécies particulièrement dans ce club pour y rester 19 ans ? A part le fait que c’était juste à côté de chez toi !

Solène : Parce que j’ai joué avec des copines pendant très longtemps. Et pour cet esprit très chaleureux, on est bien accueilli. C’est compétitif mais en même temps je ne ressens pas une pression énorme. Les jeunes doivent s’améliorer et on espère qu’ils atteindront le plus haut niveau possible mais on a aucun joueur qui sont mis de côté surtout chez les jeunes. Alors que je l’ai vu dans d’autres clubs, certains ne jouent pas du tout du match. On a un esprit de compétition sain.

 

Ludo : Dans l’équipe actuellement, est ce que tu joues encore avec tes copines du début ?

Solène : Non, il n’y a plus de filles qui jouaient avec moi en équipe de jeunes. Depuis j’ai créé des liens avec d’autres filles en seniors

 

Ludo : Est-ce que tu as créé des automatismes avec les joueuses qui sont en seniors depuis plusieurs années ?

Solène : Oui ça commence. Au début ce n’était pas simple. Ça a été compliqué pour moi la montée en seniors ? Je jouais depuis des années avec des copines. On arrivait très bien à jouer ensemble, à se trouver, on se connaissait. Et la montée a 16 ans en seniors a été compliquée. Je me suis retrouvé un peu seule, une copine a joué avec moi une année seulement. Les filles étaient beaucoup plus âgées que moi et le coach n’avait pas finie l’année. Mais par la suite j’ai créé d’autres affinités au fil du temps mais j’ai dû persévérer

 

Ludo : Quel est ton pire souvenir de basket ?

Solène : La 1ere saison en seniors parce que je ne me suis pas sentie intégrée. Avec cette copine on était un binôme en dehors de l’équipe. L’équipe se retrouvait sur un seul point : le coach avec qui ça ne se passait pas bien. Elles étaient en D4, on a eu quasiment que des défaites. C’est la seule année ou je me suis réellement questionné sur la poursuite du basket.

 

Ludo : A l’inverse, quel est ton meilleur souvenir de basket ?

Solène : le fanion qu’on voit dans le gymnase : la victoire du tournoi 3x3 (en coupe de Loire Atlantique). Lorsqu’on nous la remit ça a été un moment très fort et c’est le 1er du club donc j’en suis très fier. Mes années poussines/benjamines également. J’en garde de très bons souvenirs, parce que je jouais avec des copines qui le sont toujours et j’étais coaché par la mère d’une de mes meilleures amies. Ça a été mes meilleures années.

 

Ludo : As-tu déjà coaché une équipe ?

Solène : Oui ! Les gars qui s’entrainent derrière nous (U15M1). Ils étaient en U13, j’étais avec Lisa une ancienne joueuse du club. Ça a été super intéressant et enrichissant. Mais je manquais de temps entre le travail, être joueuse et coach. Je garde ça dans un coin de ma tête. Je pense que je devrais arrêter de jouer pour m’y remettre.

 

Ludo : C’était juste pour une saison ?
Solène : Oui, c’était il y a 2 ans

 

Ludo : On te voit souvent arbitrer le week-end, c’est un exercice qui te plait ?

Solène : J’y vais parce que je suis nommé mais ce n’est pas spécialement ce que je préfère pour être honnête, surtout parce que je n’ai pas suivi les formations. Ça ne me plaisait pas à ce moment-là et du coup je ressens des lacunes depuis. J’apprends maintenant, je regarde beaucoup, je demande beaucoup de conseil parce qu’il y a des jeunes qui sont beaucoup mieux formés que moi maintenant.

 

Ludo : Le meilleur conseil que l’on t’ait donné ?

Solène : De rester sur mes appuis, je saute beaucoup, je me déplace beaucoup. D’attendre et de bien rester sur mes appuis.

 

Ludo : Quel est ton geste préféré ?

Solène : Bacher, contrer. Au poste d’intérieur c’est ce que je préfère. Quand je fais une belle bache, je sens de la frustration chez l’autre et je sens le public avec moi ? Ce n’est pas simple à faire ! Depuis que l’on a des arbitres officiels elles sont parfois mieux sifflées, avant on nous sifflait souvent faute. Avant je contrais souvent sur des 1 contre 1, maintenant il m’arrive de bacher sur des shoots au loin, je sors et des fois j’arrive au à moins la toucher. Ce n’est pas aussi net que sous le panier mais quand j’arrive à dévier le ballon ça me plait ?

 

Ludo : Tu joues à l’intérieur en seniors, est ce que ça a toujours été ton poste ?

Solène : Non pas forcément. Avant j’étais plutôt ailiere/interieur .

 

Ludo : Tu as réussi à t’adapter a ce poste en senior ou c’est plus physique notamment ?

Solène : Ça n’a pas été simple au début parce que plus jeune je percutais beaucoup plus. Il y avait beaucoup plus d’empreintes, de passe et va. En D2 ça commence à aller mieux mais les années précédentes en D3/D4 il y a des filles qui ont beaucoup plus de physiques que moi au poste. Quand j’y arrivais c’est que je les prenais de vitesse mais pour me démarquer ce n’était pas tout le temps simple. 

 

Ludo : As-tu un rituel avant chaque rencontre ?

Solène : Pas moi non. Mais Marina a créé une playlist, elle nous demande chaque année de choisir 1 ou 2 chansons chacune. On s’entraine avec, ça me motive bien avant les matchs

 

Ludo : Quel est ton objectif d’équipe pour cette année ?

Solène : Se faire plaisir et …se maintenir. C’est un double objectif.

 

Ludo : Quelle est ton équipe favorite, est ce que tu suis une équipe en particulier ?

Solène : Non, je regarde juste les belles actions de la NBA notamment. Mais je ne suis pas d’équipe en particulier 

 

Ludo : Quel est ton joueur/joueuse favori et pourquoi ?

Solène :   Il y a beaucoup de joueurs qui ont des moves très intéressant. Je suis assez admirative de beaucoup de joueurs mais pas un en particulier. C’est plutôt les actions que je trouve belles. Ah si ya une joueuse !!! On a été voir un match des déferlantes avec l’équipe et j’adore son jeu, sa vision, elle fait des passes de folie. Je n’ai jamais vu des passes aussi belles : Marine Johannes. C’est le type de joueuse qui m’impressionne, elle ne parait pas très physique, on ne voit pas ses atouts avant qu’elle commence à jouer.

Ludo : Ton film favori : je l’ai revu il n’y a pas longtemps, Lion. C’est le même réalisateur que Slumdog Millionaire (Danny Boyle)

Ludo : Ta chanson favorite : Bad Guy de Billie Eilish en ce moment

Ludo : Ton plat préféré : en période hivernale, la tartiflette

Ludo : L’endroit que tu préfères : Amsterdam, ma petite sœur y habite. J’y suis allé plusieurs fois. J’adore le parc à coté : Vondel Park

Ludo : As-tu un dernier mot à dire à nos lecteurs ?

Solène : De continuer dans ce club parce que peut être qu’ils sont sollicités de toute part si leur niveau le permet mais on a besoin d’élever des catégories de jeunes, qu’ils restent ensemble. Il y avait des joueuses avec qui je m’entendais très bien qui du fait de leur très bon niveau sont partis. Et ca a cassé parfois l’ambiance de l’équipe. On n’est pas vu comme un club très compétitif dans lequel les jeunes restent. Je trouve ça dommage, parce qu’on a besoin de jeunes qui montent, qui vont fédérer les équipes et c’est avec ça qu’on arrivera a avoir un gros niveau.
A part ça, c’est de rester soudé, solidaire et d’essayer d’avoir des temps en dehors des entrainements, des matchs.

 

Merci Solène pour cet entretien fleuve

1059 Dernière modification le vendredi, 07 février 2020 14:54
  • L' AL Ouche Dinier c'est ca !

Suivez nous sur Facebook

Dernières actus

Formation table de marque le 10 octobre à 10h

Une formation "obligatoire"  pour les U13 F et M 1ère année

Protocole a respecter pour le retour du public dans les salles

Vous trouverez dans cet article un mot de notre président dé

Permanence inscription le samedi 12/09 de 10 à 12h

Une nouvelle permanence vous permettant de finaliser votre

Contacts

Adresse : ALOD Basket

51 rue des Naudières

44400 REZE

Téléphone : 02 40 04 08 03

Email : cliquer ici

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services.